Le Travail#2

Atelier d’écriture, Buissard, le jeudi 23 juillet 2020.

Par Loux | Publié le 26 juillet

L’entraide, une évidence impossible, chacun trouvant sa place, chacun selon ses possibilités.
Chacun selon notre nature profonde, tentons de nous épanouir dans LE TRAVAIL ;
un enjeu fort, ne pas devenir la proie de ceux qui ont mieux ; tout ; plus vite compris, qui ont su prendre le pouvoir.
Réagir.
Trouver nos ressemblances, nos buts communs, fédérer nos énergies.
Quand cette magie fonctionne nous coulons ensemble dans une rivière puissante, chacun y gagnant en force et en intelligence.

Je me souviens d’un regard perdu dans une douce concentration, tandis que son bras découpe vigoureusement le caillé dans un chaudron immense, le balancement de la harpe qui tranche, en cadence.
Je me souviens du même regard, cette fois ouvert et rieur, comme s’écriant « Au diable le travail » !

La question du travail.
Ses multiples facettes.
Il y a ceux qui croient dur comme fer à la valeur du travail comme l’opportunité d’une création, une mise en branle nécessaire pour que quelque chose dans l’humain fonctionne, et puis le chemin unique vers l’indépendance.
Et souvent ils bossent dur ceux-là. Et face à eux on ne peut pas la ramener.

Et il y a celui-là. Qui s’est formé comme ingénieur en trucmuche commercial et qui a tout lâché pour faire du fromage. Son cerveau qui tourne à cent à l’heure, son amour du travail bien fait, sa vivacité d’esprit face à l’imprévu (il n’y a pas de problème, que des solutions !), son endurance. Sa capacité d’innovation, c’est-à-dire qu’il remet en question et améliore. La précision et la douceur de ses gestes, de longs doigts fins.

Et puis malgré tout, à coté de ça, sa capacité à s’en foutre et à donner de l’importance, finalement, à l’humain !
Sa capacité à vous dire, dans un regard pétillant et espiègle de grand enfant : « AU DIABLE LE TRAVAIL ! »

Vous voulez réagir à cet article ?