Ne pas voter, est-ce la solution pour un confort total ?

Qui paie les campagnes électorales ? / Qui est maître du jeu politique ? /

Par Jeanne de la lune | Publié le 13 février

Bientôt les élections à 4 niveaux différents d’ici fin 2022.

une

Le citoyen peut rester indifférent à ces rendez-vous démocratiques et accepter le choix de la majorité votante, sans s’impliquer. 22 pays dans le monde ont cependant choisi de sanctionner cette indifférence en rendant le vote obligatoire. Mais pas la France.

Ne pas s’impliquer dans la gouvernance de son pays, c’est simple, c’est sans doute reposant. On est d’accord avec les modes de décisions, leurs contenus, leur application et leurs répercussions sur nos vies. Ou on s’en moque. "La politique, c’est rasoir !..." Personne ne nous mettra en prison, si on ne vote pas, ...du moins jusqu’à présent. Donc en France, celui qui veut rester tranquille peut ne pas aller voter.

Personnellement, les injustices, les souffrances, les inégalités, les excès dans les richesses, dans la destruction de notre terre, cela me met malheureusement dans un état d’insatisfaction, ou de rage d’ailleurs, et tout cela n’est pas bien reposant...et bien oui, je souffre, je me tortille sur ma chaise, j’étouffe. Je veux respirer, je cherche de l’air...

Tout le monde n’est pas fait de la même façon.

Pour atténuer le mal-être, je fais ce que peux : je lis, je me renseigne, je mets mes neurones à l’oeuvre. J’ai le temps et un peu de suite dans les idées. Je me sens apaisée, quand tout à coup, un coin du voile est levé, un aspect est compris. Je respire mieux.
Beaucoup de sociologues, politologues m’aident, Internet c’est moderne et riche, et l’exubérance des intelligences étonne.
Dans une perspective citoyenne et démocratique, j’aime Julia Cagé , une politologue intéressante sur le sujet de la démocratie et de son financement.
En effet, la démocratie a un prix, un coût. Il faut financer les partis, les candidats, les campagnes. Qui paie ? Quelles en sont donc les conséquences ?

Cagé fait oeuvre de formation et d’information auprès des étudiants en sciences politiques, mais aussi de nous tous. Elle aspire à faire modifier le système de financement en place actuellement. Elle aspire à éclairer nos choix, au moment des élections en particulier. Pour que les citoyens expriment leurs besoins, leurs souhaits, leurs refus, il doit y avoir de la place pour leurs voix dans le jeu politique. Apparemment ces voix se sont perdues...

Voir son dernier livre : "Libres et égaux en voix" , septembre 2020. Nombreuses interviews variées sur le net qui vont de 2 minutes à plus d’une heure.
Ici un court extrait de Julia Cagé, où elle explique qu’il s’agit de donner à "chacun sa part de bonheur public, la possibilité de participer au débat politique".

Or, à l’heure actuelle, entre gouvernants et citoyens, on ne se "reconnait plus". On ne se parle plus.
Il y a de multiples raisons à cela. A suivre, donc...si la tâche n’est pas trop rude.

Vous voulez réagir à cet article ?